Panier

Produits

Artseco

Entretien avec ARTSECO : 130 mètres de rayonnages à palettes

Grâce à un système de rangement ingénieux, au savoir-faire artisanal et à l'amour de l'art, ARTSECO a bouleversé le marché de l'art en Allemagne. Les étagères de TOPREGAL jouent un rôle majeur à cet égard. Pour votre entrepôt d'art de plus de 4 500 mètres carrés à Berlin, vous avez commandé environ 130 mètres courants de rayonnages à palettes à deux ou trois niveaux.

Comment avez-vous entendu parler de TOPREGAL ?

Miguel Adaro : Nous avons récemment utilisé cinq systèmes d'étagères différents de différents fabricants. Cela n'a pas fonctionné sur le long terme car certaines entreprises ont encore dit au revoir et les systèmes individuels étaient trop obsolètes. En cherchant sur Internet un nouveau fournisseur, je suis tombé sur www.topregal.com a atterri. C'est une bonne page. Les différents types d'étagères y sont expliqués de manière compréhensible. Vous pouvez visualiser ce dont vous avez besoin. Et les offres d'échantillons facilitent le calcul.

Pourquoi vous êtes-vous délibérément opposé à d'autres entreprises berlinoises ?

Miguel Adaro : J'ai toujours été favorable à l'idée de devoir soutenir les entreprises locales. Mais les entreprises berlinoises étaient tout simplement trop chères. Surtout, ils nous avaient laissé peu de possibilités de négocier. Nous avons installé les étagères nous-mêmes. Ils ne voulaient pas cela et ont dit que l'assemblée était incluse, ce qui explique aussi le prix élevé. D'autre part, TOPREGAL nous a offert de très bons prix et la promesse d'une livraison rapide. Les entreprises berlinoises, en revanche, avaient des délais d'attente d'environ trois semaines. Cela n'était pas acceptable pour nous.

Marc Handrich : TOPREGAL nous a approchés de manière assez amicale et donne l'impression qu'il continuera d'exister pendant les prochaines années et que si nous continuons à nous développer à l'avenir, nous pourrons facilement réorganiser le même système. C'est particulièrement important pour nous.

Ils ont déjà eu de mauvaises expériences avec Ebay. A quoi ressemblaient-ils ?

Miguel Adaro : Au printemps 2016, notre nouvel entrepôt central à Berlin-Neukölln nous a fourni beaucoup d'espace en très peu de temps. Et le besoin de beaucoup d'espace de stockage s'est soudain fait sentir. Les galeries étaient plus exigeantes et nous avons dû réagir rapidement. À l'époque, la liquidité était encore une question centrale pour nous aussi. Nous avons donc cherché sur Ebay des étagères usagées à usage intensif.

Marc Handrich : La première fois, c'était vraiment une bonne prise. Mais la deuxième fois, cela a complètement mal tourné. C'est toujours "acheté comme vu". Comme vous le savez parfois grâce à Ebay, nous avions 70 % de ferraille. Des déchets de métaux lourds, dont nous devions nous débarrasser en premier.

Palettenregale im Lager Rayonnages d'échantillons dans l'entrepôt, chargés

Geschäftsführer Miguel Adaro (links) und Lagermeister Marc Handrich Le directeur général Miguel Adaro (à gauche) et le directeur de l'entrepôt Marc Handrich

L'art a de nombreux formats, formes et matériaux. Comment cela s'articule-t-il avec les étagères standardisées ?

Marc Handrich : Pratiquement chaque étagère est individuelle. Tout simplement parce que l'art est toujours différent. Nous avons des tableaux grands et petits, des sculptures lourdes et des installations en filigrane. Chaque étagère doit donc pouvoir être installée et équipée individuellement. Et c'est pourquoi il nous est difficile de planifier cela très précisément à l'avance. C'est pourquoi nous préférons assembler les étagères nous-mêmes, pièce par pièce, comme nous en avons besoin pour les œuvres respectives.

Utilisez-vous les étagères au fur et à mesure de leur livraison ou faites-vous des modifications individuelles ?

Marc Handrich : Nous assemblons deux racks à palettes en des racks dits doubles l'un derrière l'autre, généralement avec une largeur de deux fois 1,10 m et ensuite un espace de 30 cm à 50 cm entre eux. Nous posons des panneaux OSB sur tout le sol. Dans cette construction, nous utilisons le niveau inférieur comme compartiments à images pour les grands formats. Nous posons de la moquette dans les compartiments des tableaux pour permettre aux tableaux de glisser lors du rangement et de l'enlèvement. Dans le cas des caisses en bois, on laisse le plancher en bois, car les caisses sont alors plus mobiles. Et grâce à la barre transversale, le poids des boîtes de différents poids peut être mieux réparti.

Comment l'utilisation des rayons est-elle facturée ?

Miguel Adaro : Nous appelons notre concept "stockage d'art gonflable". Gonflable, en ce sens que les locataires ne paient que pour l'espace qu'ils utilisent réellement. Dans le passé, des boîtes d'étagères entières étaient toujours louées, indépendamment de ce qu'elles contenaient. Grâce à notre système sophistiqué de gestion d'entrepôt, nous pouvons stocker ensemble sur une même étagère des peintures provenant de différentes galeries. Cela rend les choses moins chères pour nos clients.

Ils ont développé une nouvelle offre spécialement pour les galeries. De quoi s'agit-il ?

Miguel Adaro : Il y a de plus en plus de galeries qui nous demandent de créer leurs propres entrepôts d'art. Nous voulons développer un nouveau modèle commercial à partir de cela. Nous sommes en train d'élaborer un plan de stockage complet et nous incluons déjà dans nos calculs les étagères, y compris l'assemblage. Les étagères de TOPREGAL font partie intégrante de notre nouveau service.

Quel type d'art avez-vous stocké ?

Miguel Adaro : Il s'agit surtout d'art contemporain, pas de vieux maîtres, car ces œuvres nécessitent un climat ambiant particulier avec une température et une humidité constantes. Nous avons un Warhol et nous avons aussi un Richter, mais surtout des œuvres contemporaines d'artistes émergents comme Alicja Kwade, Tony Crack ou Jeppe Hein. Ce sont tous des artistes modernes qui sont actuellement en pleine ascension et qui font l'objet d'un grand intérêt dans les foires.

ArtSeCo-FirmensitzLe siège de la société ArtSeCo dans une ancienne malterie

Comment évaluez-vous la situation actuelle du marché de l'art ?

Miguel Adaro : L'art est redevenu un objet d'investissement convoité. Où le retour sur investissement est-il aussi élevé que dans le cas de l'art ? Aujourd'hui, il y a la nouvelle profession de courtier en art, qui s'occupe exclusivement du développement des artistes. Et qui a accès aux foires lorsque personne d'autre n'est autorisé à entrer dans les halls. Il s'adresse aux galeries avant même que le vernissage ne commence. Et il agit au nom de grands collectionneurs. Le courtier en art a une dizaine d'investisseurs financièrement solides sous la main et a probablement déjà une liste de souhaits à leur sujet. C'est une évolution qui rappelle à ceux qui ont vécu un certain temps avant le crash de 2007.

L'ARTSECO est-il fortement touché par cette situation ?

Marc Handrich : Nous nous concentrons sur le stockage et le transport des œuvres. Notre intérêt personnel et notre passion pour l'art ne sont pas affectés par le battage médiatique.


L'Art Service Company GmbH (ARTSECO) a été fondée en 2009 après la fin de la crise bancaire, qui a également touché la scène artistique et les transports d'art. Aujourd'hui, ARTSECO est représenté dans les foires d'art du monde entier. En 2012, le premier entrepôt d'art conforme aux directives du VDS a été ouvert à Berlin. C'était également la plus grande installation de stockage collectif, conjointement avec deux autres sociétés de transport d'art en Europe. En tant que service, ARTSECO gère une boutique en ligne avec du matériel d'emballage pour le transport d'œuvres d'art www.artseco-shop.de. Pour les galeries berlinoises, des formations professionnelles sont régulièrement proposées. En plus de trois sites à Berlin, ARTSECO a une succursale à Neuss.www.artseco.de

trusted shops
Protection client incluse
Très bien
4.73 /5.00